MOUSE

ANIMATION / ÉTATS-UNIS / 2021 / 20 min

Une souris timide est solitaire voit sa vie routinière perturbée par l’arrivée d’un visiteur inattendu et terrifiant.

DIFFUSION
voir la grille de programmation

INTERVIEW DU RÉALISATEUR NOAH MAUCHLY

Votre film a été entièrement réalisé pendant la période de confinement et principalement par vous-même. Pouvez-vous nous en dire plus sur le processus créatif et la production du film ?
Your film was made entirely during the lockdown period, and mostly by yourself. Could you tell us more about the creative process and then the production of the film ?

MOUSE a commencé essentiellement comme un moyen de créativité à une époque où les ressources étaient limitées. Je venais d’obtenir mon diplôme universitaire à Kingston et j’étais sur le point de repartir aux États-Unis où je n’aurais pas accès à un grand nombre des ressources pour l’animation que j’avais à Londres. En même temps, c’était le moment idéal pour faire un film puisque je vivais chez mes parents et que j’étais isolé, sans beaucoup de possibilités d’emploi. Je me suis dit que la meilleure façon d’utiliser mon temps serait de créer quelque chose d’important que je pourrais traiter comme un emploi à plein temps, pour le bien de ma santé mentale. La seule façon dont j’ai décidé que je pouvais animer efficacement à l’époque était d’utiliser la souris de mon ordinateur puisque je n’avais pas de tablette. Je suis un grand fan de DumbLand de David Lynch, qui est animé de manière similaire avec une simple souris.  On a l’impression que Lynch est dans sa forme la plus libre et la plus brute, comme s’il n’avait pas le temps de nettoyer les images et de les rendre plus belles, il devait simplement faire passer ses idées aussi simplement que possible. Aussi mauvais que soient les dessins, on sent qu’il n’y a pas de problème à traduire une pensée en animation. Je voulais essayer cela, ne pas trop m’inquiéter de l’aspect du mouvement de l’animation et me contenter d’adopter l’esthétique lo-fi. Cela s’est avéré être une bonne couverture pour un premier film, puisque je ne stressais pas trop sur les visuels et que le processus d’animation proprement dit était assez immédiat. Je n’avais pas une idée très précise de la direction que prendrait l’histoire lorsque j’ai commencé à la réaliser, et j’ai simplement essayé de laisser le film « apparaître » sans avoir l’impression de trop forcer. Je pense que le processus rapide a favorisé ce flux. Je pouvais prendre et laisser tomber des idées assez facilement.

MOUSE started essentially as a means of creativity during a time of limited supplies. I had just graduated from university at Kingston and was about to move back to the US where I wouldn’t have access to a lot of the resources for animation I had in London. At the same time, it was the perfect time to make a film since I was living with my parents and isolated without many employment opportunities. I figured the best use of my time would be to create something big that I could treat as a full time job for the sake of my sanity. The only way I decided I could efficiently animate at the time was to use my computer mouse since I didn’t have a tablet. I’m a big fan of David Lynch’s DumbLand, which is similarly animated with just a mouse.  It feels like Lynch at his most unhindered and raw, as if there wasn’t time to clean up the pictures and make them look nice, he just had to get the ideas across as simply as possible. So as crappy as the drawings are there’s also a sense that there’s no BS in translating thought to animation. I wanted to try that and not worry too much about how the movement of the animation looked and just embrace the lo-fi aesthetic. It also turned out to be a nice blanket to have for a first film since I wasn’t stressing out too much over the visuals, and the actual animation process was fairly immediate. I didn’t have a 100% clear idea of where the story would go when I started making it, and just tried to let the film “appear” without feeling like I was forcing too much. I think the quick process helped foster that flow. I could pick up and drop ideas pretty easily.

Les personnages de votre film sont tous à la fois abstraits dans leur forme, mais très vivants, très attachants dans leur personnalité. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce qu’ils représentent, quelle a été leur inspiration ?
The characters of your film are all at the same time abstract in their form, but very vivid, very relatebale in their personality. Could you tell us more about what they each represent, what was their inspiration ?

Mouse, le personnage, est un peu le reflet de l’état dans lequel je me trouvais au moment de la quarantaine. J’ai constaté que je m’adaptais à l’isolement et que je vivais une existence très confortable et sûre, loin du monde. Mais en même temps, c’est exactement ce qui me tuait. Je suis d’un naturel timide et j’ai du mal à aborder les gens, mais c’est l’étouffement que j’ai ressenti en étant seul pendant le confinement qui m’a fait comprendre l’importance d’être mal à l’aise et de s’aventurer au-delà de ce que l’on considère comme sûr. Mouse est donc né de cette sorte de paradoxe, celui d’avoir envie de contacts humains tout en étant trop timide pour se permettre de le faire.

Mouse, the character, is a bit of a reflection on the state I was in at the time of quarantine. I found that during lockdown I was adjusting to the isolation and living a very comfortable, safe existence away from the world. But at the same time that was the exact thing that was killing me. I’m a naturally shy person and find it difficult to approach people, but the suffocation of only being by myself during lockdown is what made me realize the importance of being uncomfortable and venturing beyond what you consider safe. So Mouse was born from that sort of paradox of craving human connection while also being too shy to allow yourself to do so.

Stanley, le gars à la grosse tête, représente en quelque sorte le type de personne que les personnes timides comme moi essaient d’éviter, qui vous piègent dans des situations sociales délicates et qui ne sont pas de généreux causeurs. C’est en partie pour cela que Mouse évite les gens, car il y a toujours un risque qu’ils soient un autre Stanley.

Stanley, the guy with the big head, kind of represents the type of person shy people like myself try to steer clear of, who trap you into awkward social situations and aren’t generous conversationalists. He’s part of the reason why Mouse maybe avoids people, there’s always a risk they could be another Stanley.

Em n’était pas vraiment destinée à être un objet romantique pour Mouse, mais plutôt un exemple du genre de personne avec laquelle on veut être ami ou avec laquelle on a le sentiment qu’il y a une connexion possible d’une manière ou d’une autre, de sorte que les interactions avec elle sont beaucoup plus fortes que d’habitude. Elle est un peu l’opposé de Stanley dans ce sens.

Em wasn’t really intended to be a romantic object for Mouse, more of an example of the kind of person you want to be friends with or maybe you have a sense there’s a possible connection in some way, so interactions with them feel a lot more potent than normal. She acts a bit as Stanley’s opposite in that sense.

J’ai ajouté l’araignée comme une histoire B pour ajouter un peu plus d’intérêt et donner à Mouse une fin heureuse, même s’il n’en est pas conscient.

I added the Spider as a bit of a B-story to add a little more interest and give Mouse a bit of a happy ending, even if he isn’t aware of it.

Dans l’ensemble, je pense que la figure sert de catalyseur pour pousser Mouse à sortir de sa bulle de confort. Je pense que c’est le cas pour tout le monde lorsque nous sommes en quelque sorte secoués ou choqués de manière inattendue, nous commençons à regarder le monde différemment. J’ai également eu la chance de travailler avec Max Forrest, dont je suis fan depuis longtemps et qui a vraiment donné au personnage son côté vaguement sinistre.

The Figure overall I think acts as the catalyst to really push Mouse out of his comfort bubble. I think it’s the case for everyone when we’re sort of shaken or shocked in unexpected ways we start to look at the world differently. It also gave me the chance to work with Max Forrest, someone I’ve been a fan of for a long time and who really gave the character his vaguely sinister edge.

La parole et la bouche font l’objet d’un traitement particulier dans votre film, qu’il s’agisse de la façon monocyllabique et vidéoludique dont la plupart des personnages communiquent ou de l’intrusion soudaine de la voix humaine. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces choix ?
The speach, and the mouth, have a particular treatment in your film, from the monocyllabic, video-game-like way most characters communicate, to the sudden intrution of the human voice. Can you tell us more about those choices ?

Le discours a d’abord été un choix visuel. J’ai pensé qu’un discours de type « bip » de jeu vidéo correspondrait à l’aspect informatique du film. Cela m’éviterait également de devoir trouver des acteurs professionnels et de me soucier de la synchronisation labiale.  Ce n’est que lorsque j’ai commencé à réfléchir aux thèmes que j’abordais que j’ai décidé de faire parler la figure régulièrement. Il est censé ébranler la vision du monde de Mouse, et s’il parle normalement, cela brise littéralement les règles de l’univers que j’ai établi au préalable. Je pense qu’avec tous les autres personnages avec lesquels Mouse interagit, le discours par boîte de texte/bip démontre simplement un manque général de communication immédiate, comme s’ils étaient séparés par des murs de bavardage. La Figure est le premier personnage qui parle vraiment à Mouse.

The speech first just started out as a visual choice. I thought the video game kind of beep speech would fit the computer-y look to the film. It would also save me having to find professional actors and worrying about lip sync.  It wasn’t until I started considering what themes I was dealing with that I decided to have the Figure speak regularly. He’s meant to shake up Mouse’s view of the world, and if he talks like normal it literally breaks the rules of the universe I set up beforehand. I think with all the other characters Mouse interacts with the text-box/beep speech just sort of demonstrates a general lack of immediate communication, like they’re separated by walls of small talk. The Figure is the first character who really TALKS to Mouse.

À travers le comportement de Mouse, et à travers les derniers mots de l’araignée, vous semblez dépeindre et vous adresser à la jeune génération d’aujourd’hui, celle que nous célébrons ici à 7ème Lune. Une génération rongée par l’anxiété et le malaise social, qui a grandi dans un contexte de crises successives et sous la menace du réchauffement climatique, autant de facteurs qui ébranlent la vision du monde de la génération de leurs parents, jetant par la fenêtre toutes les boussoles possibles. Pourtant, il y a de la douceur et un soupçon d’espoir dans votre film. Auriez-vous un message à faire passer à vos pairs qui regardent votre film ?
Through the behaviour of Mouse, and through the last words of the spider, you seem to be depicting and addressing today’s younger generation, the one we celebrate here at 7ème Lune. A generation which is riddled with anxiety and social disconfort, having grown up with crisis after crisis and under the threat of global warming, all of which are shaking the world views of their parents’ generation, throuwing all possible compasses out of the window. Yet there is sweetness, and a hint of hope in your film, would you have a message to send to your peers watching and relating to your film ?

Comme beaucoup de gens, j’ai peur des catastrophes que l’avenir nous réserve. Mais si l’histoire nous a appris quelque chose, c’est que nous n’avons que les uns les autres, et que l’obscurité ne fait que nous aider à voir à quel point notre amour brille les uns pour les autres.

I, like a lot of people, am scared of whatever disasters the approaching future brings. If history has taught us anything though it’s that all we really have is each other, and that darkness only helps us see how brightly our love shines for each other.

Enfin, pouvez-vous nous parler de vos projets actuels et futurs ?
Finally, could you tell us a bit about your current and next projects ?

En ce moment, je jongle avec quelques projets d’animation et un emploi à temps partiel tout en essayant de trouver du temps pour des projets personnels et d’autres courts métrages. Mais quel que soit mon prochain film, il sera DÉFINITIVEMENT d’une durée inférieure à 20 minutes.

As of right now I’m juggling a few animated projects and a part-time job while trying to allow time for personal projects and more short films. Whatever my next film is though, it will DEFINITELY be shorter than 20 minutes.